1/4
longjumeauVillaStMartin02
longjumeauVillaStMartin02

press to zoom
longjumeauVillaStMartin06
longjumeauVillaStMartin06

press to zoom
longjumeau Villa St Martin18
longjumeau Villa St Martin18

press to zoom
longjumeauVillaStMartin02
longjumeauVillaStMartin02

press to zoom
1/11

VILLA SAINT MARTIN

Longjumeau (91)

 

réhabilitation des espaces extérieurs

Immobilière 3F

J.P. Fortin architecture et urbaniste

aClaude paysagistes / AAFerraru architecture

et urbaniste /Gers /Atpi /alto

1,9 M€

 

2011

mission MOE complète

 

objet de l’opération

maître d’ouvrage

mandataire

équipe

 

coût des travaux

PRIME AMENAGEMENT EXEMPLAIRE par la CAUE  et le CG de l'Essonne

 

Programme 25 ECV

«Dans le cadre de sa politique de développement durable, 3F a engagé un programme d'aménagement des espaces extérieurs de 25 sites franciliens, alliant qualité architecturale, amélioration du cadre de vie, préservation de l'environnement, maîtrise des coûts, en concertation avec les locataires. L'objectif de cette démarche est de capitaliser les expériences acquises et de transposer les éléments reproductibles à l'ensemble des opérations d'aménagement extérieur (…) des résidences du groupe, à travers la rédaction d'un cahier des charges, d'un livre vert et la création d'un label.»

Traits urbains : sélection 07- 08, décembre 2008

 

 

Les enjeux propres à Longjumeau

1. Gestion des eaux de pluie au profit des noues de jardin

Il fallait résoudre les problèmes d’excès d’eau de ruissellement. La Villa Saint-Martin est construite sur un terrain à dénivelé important et par forte pluie, de grandes flaques stagnent devant les halls d’immeubles en bas de pente. La solution proposée : intégrer des noues au nouveau visage paysager de la résidence afin de gérer de manière alternative les eaux de ruissellement. 

Ici, les noues d’infiltration pourront retenir jusqu’à 370 m3 d’eau de pluie d’orage, tandis que les noues d’évacuation en recueilleront 140 m3.

Plus qu'une zone-tampon pour l'eau pluviale, ces fossés font également partie du projet paysager tout en minimisant le coût d’entretien des espaces verts. Engazonnés, ils sont plantés aussi de carex, joncs, prêles, d’arbrisseaux (petits saules horticoles, saules rampants, cornouillers…) et de cépées (frênes, aulnes... ). Leur tracé ordonne et régule le cheminement piéton sur la prairie centrale.

2. Requalification et mise en exergue de la qualité paysagère du site et d'une évidente qualité "de vie dehors" compensatrice de l'exiguîté des logements.

3.  Insertion urbaine et résidentialisation "ouverte"

4. Requalification des flux domestiques et techniques, traversée diagonale du site, multiplication des accès et sorties, dessertes piétonnes en prolongement des halls

5. Requalification du coeur d'ilôts comme lieu vivant et planté

6. Gestion différenciée des prairies, des haies, du verger et des différents type de noues